Jeudi, 19 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principale » Manchester: une semaine après l'attentat, l'enquête bat son plein

Manchester: une semaine après l'attentat, l'enquête bat son plein

29 Mai 2017

L'homme arrêté dans le quartier de Gorton, "soupçonné d'infraction aux lois anti-terroristes", porte à 13 le nombre de personnes actuellement détenues dans le cadre de l'enquête sur cet attentat, a précisé la police de la région de Manchester dans un communiqué. Cela signifie qu'un attentat est "très probable", mais non plus "imminent". L'alerte avait été portée à son niveau maximum mardi après l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts lundi soir. L'EI a multiplié les attaques en Europe, tandis qu'il enregistre des reculs sur le terrain en Syrie et en Irak.

Mme May a toutefois appelé les Britanniques à 'rester vigilants'. Elle a indiqué que l'armée resterait déployée jusqu'à la fin de ce week-end de trois jours, lundi étant férié dans le pays.

Une minute de silence a été observée à 9h (8h GMT), juste avant le départ de ce semi-marathon, pour lequel se sont élancés des milliers d'athlètes. Les deux photos, issues d'images de vidéo-surveillance, montrent Abedi, 22 ans, le soir de l'attaque.

Les enquêteurs ont établi que le jeune homme était récemment retourné en Libye et la police est toujours en quête d'informations sur ses déplacements depuis le 18 mai, à son retour en Grande-Bretagne.

La Corée du Nord a effectué un nouveau tir de missile
Le gouvernement japonais a dénoncé fermement ce tir de missile, qui serait retombé dans ses eaux territoriales. Le lancement aurait été effectué de la région de Wonsan, selon l'armée de la Corée du Sud.

La police a diffusé samedi des photos du kamikaze, Salman Abedi, en lançant un appel à témoin pour tenter de retracer ses derniers jours. La police allemande a signalé qu'il avait fait escale à Dusseldorf (ouest) à ce moment-là.

Les autorités ont par ailleurs confirmé que le kamikaze, identifié mardi comme étant Salman Abedi, un Britannique de 22 ans d'origine libyenne né et ayant grandi à Manchester, n'avait vraisemblablement pas agi seul, comme l'avait déjà évoqué plus tôt la ministre britannique de l'intérieur, Amber Rudd. Ils estiment que "ce pourrait être l'endroit où a été assemblé l'engin" explosif utilisé pour l'attentat. Un vaste périmètre de sécurité a été mis en place, tandis qu'un hélicoptère survolait la zone, a constaté une journaliste de l'AFP.

Des policiers dans le quartier d'Old Trafford, à Manchester, le 27 mai 2017. Treize personnes sont en garde à vue au Royaume-Uni et deux en Libye, le père et l'un des frères du kamikaze.

Manchester: une semaine après l'attentat, l'enquête bat son plein