Mercredi, 16 Octobre 2019
Dernières nouvelles
Principale » La Guinée Equatoriale devient membre de l'OPEP

La Guinée Equatoriale devient membre de l'OPEP

27 Mai 2017

Le baril de WTI, référence américaine du brut, pour livraison en juillet a cédé 4,8% pour s'établir à 48,90 $ le baril.

L'absence de véritable rebond " après la chute de la veille montre l'impact négatif du sommet de l'OPEP ", a commenté Matt Smith de ClipperData.

L'OPEP et ses partenaires, dont la Russie, ont décidé de maintenir jeudi leurs quotas de production de pétrole jusqu'en mars 2018 dans le but de réduire les stocks mondiaux et de peser sur les prix.

Une plus faible quantité de pétrole sur le marché devrait normalement faire grimper la valeur du baril. Dans le détail, cette réduction de 1,8 million de barils par jour (bpj), soit l'équivalent de 2% environ de la production mondiale, avait été calculée par rapport aux extractions d'octobre 2016, ce qui équivaut peu ou prou à 31 millions de bpj.

" Des attentes excessives à l'approche de la rencontre sont sans aucun doute responsables de la considérable pression sur les prix du pétrole", ont expliqué les experts de Commerzbank dans une note.

A l'occasion de la 172 conférence de l'organisation, le 25 mai 2017 à Vienne, en Autriche, les ministres de l'énergie des pays membres de l'Opep et des pays extérieurs au cartel ont réaffirmé leur ferme volonté de poursuivre leurs efforts de rééquilibrage du marché, à travers le maintien pendant les neuf prochains mois, l'accord de réduction de la production de pétrole.

Le G7 devrait afficher un front uni contre le terrorisme
Si j'étais Emmanuel Macron, je ne chercherais pas nécessairement à convaincre Donald Trump ... La gestuelle était scrutée avec attention, notamment celle de Mme Merkel et de M.

Même si l'hypothèse d'une prolongation de neuf mois tenait la corde, alimentée par des déclarations russe et saoudienne, les spéculations sont allées bon train au cours des dernières semaines sur les suites que l'Opep allait donner à son accord. Mais les investisseurs s'attendaient à des réductions plus importantes de la production et sur une période plus longue, ce qui a fait plonger les prix du baril de pétrole de plusieurs dollars. Cet accord lie des Etats représentant 60 % de la production mondiale, mais n'y associe pas des acteurs comme les Etats-Unis, la Chine, le Canada et la Norvège, dont la production se maintient à des niveaux élevés.

"Les opinions assez tièdes du ministre saoudien ont causé une perte rapide des prix, sans surprise". En effet, les pays de l'OPEP n'ont pas obtenu un consensus en ce qui concerne le renforcement de la baisse de la production.

Le léger raffermissement des cours du pétrole a aussi donné des ailes aux producteurs américains d'huile de schiste.

Pour ajouter à la déception, l'Arabie saoudite avait laissé entendre que, si l'Opep n'adoptait pas de quotas plus restrictifs, d'autres pays pourraient se joindre à l'accord.

Mais le pétrole de schiste possède des cycles de production très courts, de moins d'un an, et les volumes peuvent s'adapter avec souplesse au gré des évolutions des prix. L'accord de fin 2016, prolongé jeudi, porte sur une baisse globale de 1,8 million de barils par jour.