Mercredi, 16 Octobre 2019
Dernières nouvelles
Principale » A l'Otan, Trump bouscule ses Alliés et refuse de s'engager

A l'Otan, Trump bouscule ses Alliés et refuse de s'engager

27 Mai 2017

Washington, qui exerçait depuis plusieurs mois une pression sur ses alliés pour accroître le rôle de l'OTAN dans la coalition de lutte contre l'État islamique en Irak et en Syrie, a finalement eu gain de cause jeudi lors du mini-sommet qui devait acter ce changement. Pas un mot donc sur la "féroce" poignée de main échangée avec le milliardaire qui a passionné les médias outre-Atlantique ni sur les déclarations tonitruantes de l'hôte de la Maison Blanche vis à vis des pays membres de l'Otan qui "doivent d'énormes sommes d'argent". Une avancée, susceptible d'accroître l'efficacité de la lutte contre le terrorisme.

La charge du président américain Donald Trump contre la politique commerciale des "mauvais" Allemands, révélée par l'hebdomadaire Der Spiegel, n'était pas aussi "agressive" et il y a eu "un problème de traduction", a assuré vendredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

La cérémonie, durant laquelle le président américain a dévoilé un débris du World Trade Center, était l'occasion idéale pour que Donald Trump s'engage publiquement en faveur de l'"article 5" qui prévoit que les Alliés volent au secours d'un des leurs en cas d'agression extérieure.

Mais les nombreuses fuites sous l'administration Trump irritent et inquiètent les alliés des Etats-Unis. En cinq jours, le président nouvellement élu aura eu des entretiens bilatéraux avec pas moins de dix dirigeants - dont Donald Trump - tout en participant à des dîners et séances de travail multilatéraux, en présence d'une trentaine d'autres. "Cela n'est pas juste pour les contribuables des Etats-Unis". "Sans la coopération avec les États-Unis, en particulier en matière de renseignement, nous ne pourrions pas opérer de manière efficace", avait indiqué le président Macron. Alors que Donald Trump a multiplié les déclarations contestant la réalité du réchauffement climatique, nommé à des postes clés des personnalités climato-sceptiques et pris des décisions peu écologiques sur le gaz de schiste ou le pipeline américano-canadien, c'est le respect de la signature des États-Unis sur l'accord de la COP21 qui interroge.

Theresa May sous le feu des critiques — Manchester
La BBC a affirmé que le jeune homme aurait servi de "mule" en se faisant exploser avec une bombe fabriquée par quelqu'un d'autre. Dans cette liste macabre figure Saffie Rose Roussos, la plus jeune victime âgée de huit ans, venue en famille au concert.

Donald Trump a célébré la "formidable victoire" électorale du Français, ces deux dirigeants ayant en commun d'avoir été des outsiders dans leurs courses respectives à la présidence.

Hier le président Macron a demandé à Washington d'éviter toute "décision précipitée".

Second sujet de friction, les accords de libre-échange. Le ton protectionniste de sa campagne semble s'être atténué.

Emmanuel Macron n'entend pas être " gaullo-mitterrandien " que dans sa pratique monarchique du pouvoir.

A l'Otan, Trump bouscule ses Alliés et refuse de s'engager