Lundi, 17 Décembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Salman Abedi, un jihadiste d'origine libyenne motivé par la vengeance

Salman Abedi, un jihadiste d'origine libyenne motivé par la vengeance

26 Mai 2017

La police britannique a affirmé qu'il s'agissait de Salman Abedi, 22 ans, mort dans l'explosion qu'il a provoquée à la fin du spectacle de la star américaine Ariana Grande, à l'une des sorties du Manchester Arena.

La Première ministre Theresa May avait alors annoncé des renforts de l'armée pour épauler la police, une mesure rarement mise en place.

Précédemment, la secrétaire d'État à l'Intérieur britannique Amber Rudd avait affirmé que l'apparition dans les médias de fragments des données de renseignement concernant l'enquête de l'attentat de Manchester, avec des références aux sources américaines, était scandaleuse.

Salman Abedi est né à Manchester en 1994 et vivait depuis dans ce quartier pavillonnaire, constitué de maisons modestes en briques rouges.

Peu y connaissent le suspect. Il s'agit de "quelqu'un de nationalité britannique, d'origine libyenne mais qui avait grandi en Grande-Bretagne et qui, tout d'un coup, après un voyage en Libye puis sans doute en Syrie, se radicalise et décide de commettre cet attentat". "Je devais pourtant le croiser tous les jours", a confié à l'AFP Rachel Harding, 37 ans, qui habite une maison voisine. "Les gens savaient qu'il avait des problèmes de comportement, il n'était pas respectueux ni poli, plutôt introverti et très bizarre, on dit dans la communauté qu'il buvait de l'alcool et fumait de l'herbe", a ajouté le porte-parole, pour qui les séjours libyens du jeune homme seraient à l'origine de sa radicalisation.

Hachem Abedi, né en 1997 en Grande-Bretagne, a été appréhendé mardi au moment où il recevait de l'argent envoyé par son frère.

Manchester: six arrestations, dont un frère du kamikaze
Les morts ont été identifiés et leurs proches prévenus, a indiqué la police, précisant qu'un policier se trouvait parmi eux. D'abord à Londres, puis dans la banlieue tranquille de Fallowfield, au sud de Manchester.

L'enquête commence à lever le voile sur l'auteur de l'attentat, Salman, qui a baigné dans un contexte familial jihadiste et était animé par un désir de "vengeance", selon ses proches. Ils ont trouvé refuge dans la banlieue résidentielle de Fallowfield, au sud de Manchester, où le suspect résidait.

Le frère de l'auteur présumé de l'attentat de Manchester a admis après son arrestation avoir été au courant de la préparation de l'attaque et être lui aussi membre de l'organisation Etat islamique (EI), a indiqué une unité des services de sécurité libyens.

Trois hommes ont été arrêtés dans la nuit de mardi à mercredi dans le sud de l'agglomération de Manchester, en lien avec l'enquête, a annoncé la police.

La police allemande a indiqué jeudi que Salman Abedi avait fait une simple escale à Düsseldorf, contredisant des informations de presse selon lesquelles il aurait effectué un séjour dans cette ville de l'ouest de l'Allemagne. Il était l'un des derniers a l'avoir eu au téléphone, cinq jours après l'attaque.

Ces éléments, analysés par des artificiers interrogés par le quotidien, permettent d'affirmer que la bombe était "puissante, dotée d'une charge ultrarapide, mais aussi que les morceaux de métal ont été disposés avec soin et méthodiquement" pour faire le maximum de dégâts.

Environ 16.000 Libyens vivent en Grande-Bretagne, selon la BBC, dont la plus grosse communauté à Manchester.

Salman Abedi, un jihadiste d'origine libyenne motivé par la vengeance