Mardi, 16 Octobre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Première poignée de main et premier tête à tête Macron-Trump

Première poignée de main et premier tête à tête Macron-Trump

26 Mai 2017

Il s'agissait de la première rencontre entre Donald Trump et les principaux dirigeants de l'Union, dont il avait implicitement souhaité la désintégration pendant la campagne électorale. Il a également exhorté ses homologues de l'Otan à respecter "un moment de silence pour les victimes et les familles de l'attaque sauvage" de Manchester, qui a fait 22 morts et des dizaines de blessés lundi soir à la fin d'un concert pop. "D'innocentes petites filles et tant d'autres ont été horriblement assassinés et sérieusement blessés", a-t-il souligné, dénonçant "une attaque barbare et vicieuse contre notre civilisation".

"Quand vous voyez cela, vous réalisez à quel point il est important de gagner cette bataille". Les deux premières dames se croiseront toutefois dans la journée.

Ils espèrent que M. Trump dira avec force, pour la première fois publiquement, que les Etats-Unis souscrivent sans réserve à l'Article 5 du Traité de Washington qui prévoit que tous les Alliés volent au secours d'un des leurs en cas d'agression.

Quelques 10.000 personnes se sont déjà rassemblées mercredi contre la venue de Donald Trump à Bruxelles, d'après les organisateurs du mouvement "Trump Not Welcome".

M. Trump a été accueilli par M. Tusk dans un bâtiment du Conseil, l'institution représentant les Etats membres de l'UE, où des drapeaux américains avaient été dressés aux côtés de la bannière bleue étoilée de l'Union et de celles de ses 28 membres.

"Les membres doivent respecter leur obligations financières" — Trump à l'OTAN
Un défilé aérien d'avions de combat et de transport alliés au dessus du nouveau siège de l'Otan est ensuite attendu à 17h27. De son côté, le Washington Post décrit la scène comme une poignée de main "féroce" entre les deux chefs d'État. "Bravo.

Les fuites -y compris les informations confidentielles sur un attentat que préparerait l'EI à l'aide d'un tablette ou d'un ordinateur portable dans un avion, que M. Trump a partagé avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov dans le Bureau ovale- ont déclenché de vives polémiques depuis sa prise de fonction.

La plupart des membres de l'Otan devraient pouvoir rassurer Trump en réitérant l'engagement pris en 2014 de voir leurs budgets atteindre les 2% du PIB, d'ici 2024. L'an dernier, leurs dépenses militaires (hors Etats-Unis) ont augmenté de 3,8% et cette tendance devrait se poursuivre en 2017, a promis le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

Au menu, chargé, de leur rencontre: le sommet de l'Otan et celui du G7 qui s'ouvrira jeudi en Italie, les crises régionales (Syrie, Ukraine, Corée du Nord.), l'économie et le respect, toujours incertain, par la nouvelle administration américaine de l'accord de Paris sur le climat.

Là aussi, ses propos sur le "merveilleux" Brexit ont été mal reçus, et les dossiers qui fâchent -du climat au commerce en passant par les coupes drastiques dans l'aide au développement - sont nombreux.

Ferme mais sans excès (contrairement à ce que Donald Trump a pu produire par le passé), la poignée de main entre les deux hommes a été abondamment disséquée sur les réseaux sociaux, certains journalistes américains allant jusqu'à disserter sur la pression exercée par Emmanuel Macron.