Jeudi, 4 Juin 2020
Dernières nouvelles
Principale » La paix est "possible" entre Israéliens et Palestiniens, affirme Trump

La paix est "possible" entre Israéliens et Palestiniens, affirme Trump

24 Mai 2017

Il les encourage également à prendre "les décisions difficiles" qui s'imposent.

Lors de son point de presse avec le premier ministre Nétanyahou, à Jérusalem lundi, le président américain a d'abord dû nier les allégations selon lesquelles il aurait divulgué des renseignements secrets à des diplomates russes à la Maison-Blanche.

Sinon, au cours de son séjour de moins de 30 heures, son premier depuis sa prise de fonctions, M. Trump s'est gardé d'évoquer la solution dite à deux Etats, impliquant la création d'un Etat palestinien indépendant. Ce sont certes des faits nouveaux, mais il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs, tant l'État hébreu a habitué la communauté internationale à des revirements spectaculaires dans ses négociations avec les Palestiniens.

C'est à un président palestinien considérablement affaibli qu'a affaire M. Trump. Par ailleurs, la question des frontières ou le statut de Jérusalem sont totalement passés à l'as. Il n'est pas revenu sur sa promesse de déménager l'ambassade américaine en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, un repoussoir pour Palestiniens et Arabes. "Tellement de jeunes gens magnifiques, vivants et aimant la vie, assassinés par des losers malfaisants", a déclaré M. Trump, très sombre et ferme, en présence du président palestinien Mahmoud Abbas avec lequel il s'était entretenu dans la matinée.

L'attentat suicide qui a tué 22 personnes, dont des enfants, à la sortie d'un concert pop lundi soir à Manchester (nord-ouest de l'Angleterre) est survenu alors que M. Trump poursuivait lundi à Jérusalem sa première tournée à l'étranger. M. Trump a commencé sa déclaration au côté de M. Abbas en condamnant l'acte de "losers malfaisants". Donald Trump a sous-entendu que les médias l'accusaient d'avoir transmis aux Russes des informations provenant particulièrement d'Israël et ce, sans l'accord des Israéliens.

Week-end de l'Ascension. Dimanche "noir" dans le Grand Ouest
Les bouchons pourraient se former entre 10h et midi sur les grands axes lyonnais, et notamment l'A6 et l'A7. L'accès à l'Italie par le tunnel du Mont-Blanc (N205) risque lui d'être saturé entre 9 heures et 12 heures.

La semaine dernière, le Washington Post révélait que Donald Trump avait dévoilé début mai à des responsables russes reçus à la Maison Blanche des informations hautement classifiées et provenant d'Israël sur un projet de l'Etat islamique (EI) de piéger des ordinateurs portables susceptibles d'exploser à bord d'un avion.

Notre problème est avec l'occupation et les implantations, et l'échec d'Israël dans la reconnaissance de l'Etat de Palestine de la même façon que nous reconnaissons [Abbas n'a pas prononcé le mot Israël]. Alors que les deux couples se dirigent vers la sortie, Donald Trump tend la main à son épouse - en retrait sur le tapis rouge déroulé pour l'occasion. Puis il est revenu à Jérusalem où il a déposé une gerbe à Yad Vashem, le mémorial de la Shoah avant de prononcer un discours au Musée d'Israël. "Le dirigeant américain a notamment promis de défendre Israël". "Les dirigeants iraniens appellent régulièrement à la destruction d'Israël".

M. Trump a aussi été le premier président américain en exercice à visiter le mur des Lamentations, sur l'esplanade du Temple de Jérusalem.

L'audience, debout, a salué ses propos par des applaudissements enthousiastes.