Samedi, 21 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principale » Iran : le président Rohani l'emporterait sur le conservateur Raisi

Iran : le président Rohani l'emporterait sur le conservateur Raisi

21 Mai 2017

Le président Hassan Rohani, qui brigue un deuxième mandat, est assuré de remporter dès le premier tour l'élection présidentielle qui avait lieu vendredi en Iran, a-t-on appris de source autorisée iranienne.

Le président iranien Hassan Rohani lors d'une conférence de presse au Kremlin à Moscou, le 28 mars 2017.

Le président iranien Hassan Rohani, réélu samedi pour un second mandat, s'est engagé à tenir ses promesses d'une société plus libre et d'une économie plus forte faites pendant la campagne électorale.

Au total, '41,2 millions d'Iraniens ont participé (vendredi) à l'élection' présidentielle, soit un taux de participation de 73%, a précisé le ministre de l'intérieur.

Rohani augmente considérablement le nombre de ses électeurs par rapport à sa première élection en 2013: il avait alors obtenu 18,6 millions de voix (50,7 %) sur 36 millions de votants.

Pendant la campagne, Rohani avait demandé aux Iraniens de lui accorder plus de voix afin de pouvoir poursuivre ses réformes sur le plan intérieur et sa politique d'ouverture.

Le président américain Donald Trump, hostile à l'Iran, a en outre réservé son premier déplacement à l'étranger à un sommet avec des dirigeants musulmans prévu dimanche en Arabie saoudite, grand rival régional de Téhéran. Un 1er mandat 'nucléaire Elu en 2013, M. Rohani a consacré la majeure partie de son premier mandat à la négociation d'un accord nucléaire historique avec six grandes puissances, dont les Etats-Unis, ennemi de l'Iran depuis la révolution islamique de 1979.

Expert believes China's Belt and Road initiative will enhance Russia's security
According to Xinhua, 68 countries and global organizations signed cooperation deals with China to carry forward the Belt and Road. Pakistan and China have inked new deals worth almost $500 million, which now cover airport, port and highway construction.

Mais ces avancées n'ont pas permis d'attirer les investissements étrangers espérés et il n'y a pas eu d'impact direct sur la vie quotidienne des Iraniens.

Le président en Iran n'est cependant pas le seul à prendre des décisions dans ce domaine.

L'ayatollah Khamenei, décideur ultime dans les principaux dossiers iraniens, a salué la victoire "du peuple iranien et du régime malgré les complots de ses ennemis". Elles doivent recevoir l'aval du guide suprême, du puissant pouvoir judiciaire contrôlé par les conservateurs et parfois des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite.

Le scrutin s'est tenu deux jours après la décision américaine de renouveler l'allègement des sanctions contre l'Iran, conformément à l'accord nucléaire de 2015.

La victoire de Rohani a été saluée par le président russe Vladimir Poutine, un allié de l'Iran.

Souhaitant du "succès" à Hassan Rohani, Bachar el-Assad a souligné dans son message la nécessité de poursuivre le travail et la coopération avec la République islamique d'Iran, en vue de renforcer la sécurité et la stabilité des deux pays, de la région et du monde.