Jeudi, 19 Octobre 2017
Dernières nouvelles
Principale » Hassan Rohani réélu président dès le premier tour — Iran

Hassan Rohani réélu président dès le premier tour — Iran

21 Mai 2017

Le modéré Hassan Rohani est en passe d'être largement réélu dès le premier tour de la présidentielle de vendredi, totalisant environ 56% des voix face à son adversaire conservateur Ebrahim Raissi, selon des résultats partiels. "Il fallait faire parfois deux ou trois heures de queue pour rentrer dans le bureau de vote", avait constaté à Téhéran la correspondante de France 24 Mariam Pirzadeh, qui avait vu de nombreux jeunes mobilisés dans la capitale.

Un peu plus tôt, la télévision d'Etat avait félicité le chef de l'Etat sortant pour sa réélection. Le président syrien Bachar al-Assad, dont le maintien au pouvoir après six ans de guerre doit beaucoup au soutien des alliés russe et iranien, l'a aussi félicité.

Votant également dans un bureau dans la capitale sous un grand ciel bleu, Zahra, étudiante en science alimentaire de 32 ans, a estimé en glissant son bulletin dans l'urne que "le dialogue de Rohani avec le monde et la modération dans la société sont très importants". L'un des premiers chantiers du président sera de réunir les réformateurs et les conservateurs. Son principal challenger, le conservateur Ebrahim Raisi, le poulain de l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution, n'a récolté qu'un plus de 38% des suffrages. Washington a dans le même temps annoncé d'autres sanctions contre le programme balistique de Téhéran.

Vasilyev assure que Jardim va recevoir une proposition — Monaco
L'avenir des cadres, Bakayoko, Jardim. "Nous allons discuter dans les prochains jours et de mon côté, nous allons essayer de faire une prolongation du contrat de Leonardo, a déclaré le vice-président monégasque".

Pendant la campagne électorale, Hassan Rohani avait demandé aux Iraniens de lui accorder plus de voix pour pouvoir poursuivre ses réformes sur le plan intérieur et sa politique d'ouverture vers le monde. Le président américain Donald Trump, hostile à l'Iran, a en outre réservé son premier déplacement à l'étranger à l'Arabie saoudite, le grand rival régional de Téhéran.

Outre la conclusion de l'accord nucléaire, le président sortant peut se prévaloir d'avoir fait chuter l'inflation qui, de 40% en 2013, est passée aujourd'hui à 9,5%.

Le gouvernement Rohani a estimé à 50 milliards de dollars par an les investissements étrangers nécessaires à la relance de l'économie. La participation, estimée à 70%, a été forte, contraignant les autorités à repousser à plusieurs reprises l'heure de clôture des opérations de vote. Il devrait dépasser les 72%, selon le ministère de l'Intérieur.