Dimanche, 17 Décembre 2017
Dernières nouvelles
Principale » L'ONU dénonce une attaque meurtrière dans le sud — Libye

L'ONU dénonce une attaque meurtrière dans le sud — Libye

20 Mai 2017

Lors d'une conférence de presse, M. Mimari a précisé que l'attaque avait fait aussi bien des victimes civiles que militaires.

Des groupes jihadistes sont accusés d'avoir commis des dizaines d'attentats et d'assassinats contre des militaires et des membres des services de sécurité ces dernières années dans l'est de la Libye, en particulier dans la grande ville de Benghazi. La plupart d'entre elles n'étaient pas armées et ont été exécutées. "Ils ont été exécutés".

L'émissaire de l'ONU en Libye, Martin Kobler, avait dénoncé plus tôt dans la journée de vendredi l'attaque, qui aurait fait "un nombre important de morts".

Le GNA a mis en place une commission d'enquête présidée par le ministre de la Justice et décidé de "suspendre le ministre de la Défense, al-Mahdi al-Barghathi, et le commandant de la 3e Force jusqu'à ce que soient identifiés les responsables " de l'attaque, selon une décision parue vendredi soir.

La milice qui a attaqué la base aérienne de Brak Al-Shati est alliée au gouvernement d'union nationale, basé à Tripoli et soutenu par l'ONU.

Trump reportedly bragged to Russian officials about squashing the FBI's Russia investigation
The United States government officially announced past year that Russian Federation had meddled in the 2016 election. Bush White House, said that transcripts of meetings with foreign leaders usually "are treated like the crown jewels".

Des affrontements réguliers y opposent des milices et des tribus pour le contrôle de toute sorte de trafics très lucratifs avec le Tchad, le Niger et le Soudan voisins. Depuis le début du mois d'avril, les forces loyales au maréchal Haftar avaient en effet mené plusieurs attaques contre la base aérienne de Tamenhant, contrôlée par la troisième force et distante d'une cinquantaine de kilomètres de celle de Brak al-Shati.

Contrôlant une grande partie de l'Est et du Sud libyens, le maréchal Haftar est appuyé par le Parlement élu basé à Tobrouk (est), hostile comme lui au GNA, qui est issu d'un accord interlibyen signé à la fin 2015 au Maroc sous l'égide de l'ONU.

Au cours des derniers jours, la tension s'est déplacée dans le sud libyen où l'autre base de Tamanhent, située près de la ville de Sabha (600 km au sud de Tripoli) est également l'objet de rivalités entre les combattants des deux bords.

Le maréchal Haftar a lancé en mai 2014 une opération militaire destinée à combattre les milices et groupes djihadistes qui se sont emparés de Benghazi.

Il a dénoncé "une violation grave de l'accord de trêve conclu à Abou Dhabi" entre M. Sarraj et le maréchal Haftar. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

L'ONU dénonce une attaque meurtrière dans le sud — Libye