Mercredi, 22 Novembre 2017
Dernières nouvelles
Principale » L'ex-chef du FBI accepte de témoigner publiquement au Sénat

L'ex-chef du FBI accepte de témoigner publiquement au Sénat

20 Mai 2017

"C'est la plus grande chasse aux sorcières d'un politicien de l'histoire américaine!" a-t-il écrit sur Twitter après s'être plaint dans un autre tweet qu'un procureur spécial n'avait jamais été nommé pour enquêter sur les "activités illégales" de la campagne de Hillary Clinton et de l'administration Obama.

Vendredi, alors que Donald Trump prenait l'avion en direction de l'Arabie saoudite pour son premier voyage à l'étranger, le Washington Post révélait que l'enquête judiciaire sur l'ingérence présumée de la Russie s'intéressait particulièrement à un haut responsable en fonction à la Maison Blanche. En effet, d'autres dossiers sont toujours brûlants pour le président, comme le limogeage du patron du FBI dont les équipes menaient une enquête sur les potentiels liens du président avec une équipe de hackers russes.

"J'espère qu'il éclaircira aux yeux des Américains les événement récents qui ont été largement rapportés par les médias", a ajouté le président de la commission, le républicain Richard Burr, précisant que ses membres avaient "hâte" d'entendre ce que James Comey a à dire sur les accusations d'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016, sur lesquelles enquête aussi le FBI.

Robert Mueller, qui a 72 ans, a été Marine pendant la guerre du Vietnam. Ancien procureur fédéral, il a été nommé à la tête du FBI par George W. Bush une semaine après les attentats du 11 septembre 2001.

Cependant, ce n'est pas partie gagnée car une majorité des Républicains reste fidèle à son président, même si la belle unité semble se fissurer petit à petit.

Lions have to attack and put pressure on All Blacks - Best
Gats (Lions head coach Warren Gatland) said it from the off, he didn't want anyone on the plane who doesn't believe we can win". The Irish guys have done it and we have players in this squad who are used to winning - that can only help".

Les élus démocrates du Congrès ont crié victoire. Le président est à présent accusé d'avoir exercé des pressions sur James Comey pour lui demander de mettre un terme aux investigations lancées sur les contacts russes de son ex-conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn.

L'ancien directeur du FBI a accepté de témoigner devant le comité de renseignement du Sénat après le jour du Souvenir, qui a lieu le 29 mai, selon l'Associated Press.

"Pour justifier sa décision, Trump a indiqué que Comey avait " perdu la confiance du public américain " et ne pouvait plus " assurer sa mission ". Les sénateurs qui mènent l'enquête parlementaire sur la Russie ont révélé jeudi que Michael Flynn n'avait pas répondu à leurs demandes de coopération. Lundi 15 mai, le Washington Post révélait que le président avait divulgué des informations hautement classifiées à la Russie.

Outre les six conversations téléphoniques avec Sergueï Kislyak, les documents recensent 12 autres appels téléphoniques, courriels ou SMS entre des conseillers de Trump et des responsables russes ou des personnes considérées comme proches de Poutine. Kevin McCarthy s'est défendu mercredi soir en assurant qu'il s'agissait d'une "mauvaise plaisanterie".