Lundi, 29 Mai 2017
Latest news
Main » Trump, procès en incompétence — Etats-Unis

Trump, procès en incompétence — Etats-Unis

19 Mai 2017

Il a 72 ans, la mâchoire de Batman et la réputation d'intouchable d'Eliot Ness. La réaction de Donald Trump était très attendue.et il a sèchement contesté jeudi toute interférence dans l'enquête du FBI sur les liens éventuels entre des membres de son équipe et Moscou, se posant en victime d'un acharnement.

Mais le haut responsable s'est refusé, selon plusieurs élus, à commenter le fond de l'enquête, qui est désormais entre les mains de M. Mueller.

Il est important de rappeler que l'Union Européenne cherche à interdire, à son tour, l'utilisation des ordinateurs et des téléphones durant le vol.

En 2004, il avait cependant menacé de démissionner en raison d'un programme d'écoutes extra-judiciaires, ordonné par le président George W. Bush après le 11-Septembre.

Les deux hommes se connaissent de longue date. Et c'est Mueller qui a appuyé la candidature de Comey pour lui succéder à la fête du FBI.

La polémique est devenue encore plus vive depuis une semaine, avec le limogeage du directeur du FBI, James Comey.

'No. No. Next question': Trump's terse Federal Bureau of Investigation denial
Welcome to Trump Today, a one-stop entry point for the latest news on the 45th president of the United States. Trump's approval ratings have been low for a new president, remaining mired in the high 30s to low 40s.

Comme James Comey, Bob Mueller a la réputation de tout documenter.

Après une réaction laconique mais mesurée mercredi soir par l'intermédiaire d'un communiqué de la Maison-Blanche, le président républicain avait opté, à l'aube, pour un tout autre registre sur Twitter, traduisant sa volonté de souder sa base électorale, mais aussi son agacement face à l'accumulation des révélations.

Le lendemain, le président Trump recevait le patron du FBI à l'époque, M. Comey, dans le Bureau ovale, où il lui aurait demandé de "laisser tomber" l'investigation, selon le mémo. Et dans le droit américain, ces " contemporaneous notes " prises par un agent du FBI sont souvent considérées comme des " preuves crédibles " du contenu d'une conversation.

Comme procureur spécial, il n'a pas à tenir informé sa hiérarchie de chacune des étapes de son enquête, même s'il demeure théoriquement subordonné au ministre de la Justice. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Cette affaire a provoqué un véritable tollé aux Etats-Unis. Dans un consensus rare, à l'inverse, élus républicains et démocrates ont applaudi la nomination de M. Mueller. "Bob était un bon procureur fédéral, un grand directeur du FBI et on ne pourrait pas trouver de meilleure personne pour assumer cette fonction", a déclaré la sénatrice démocrate Dianne Feinstein. "Mueller est un superbe choix".

Robert Mueller avait défendu les vastes programmes de surveillance des communications, dévoilés par Edward Snowden, comme étant d'une "importance capitale" pour empêcher les actes terroristes.