Lundi, 24 Juillet 2017
Latest news
Main » Trois questions sur ce que prévoit Emmanuel Macron — Rythmes scolaires

Trois questions sur ce que prévoit Emmanuel Macron — Rythmes scolaires

19 Mai 2017

La principale fédération des parents d'élèves, la FCPE, classée à gauche, n'attendra pas la nomination du prochain ministre de l'Education: elle devrait adresser dès lundi une lettre ouverte à Emmanuel Macron, exprimant son inquiétude devant ses mesures pour l'école, notamment sur le sujet des rythmes scolaires. Le vainqueur de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron, qui prendra ses fonctions dimanche, souhaite agir sur la question des rythmes scolaires dès cet été. Un décret est déjà dans les cartons, pour permettre aux 35 000 communes qui le souhaitent de retourner, dès la rentrée de septembre, à la semaine de quatre jours. Il propose aux communes en lien avec les écoles et les parents d'élèves de décider librement de changer ou pas du rythme scolaire des enfants. "Et pour cette mère de famille auxerroise la solution est donc de revenir en arrière:" je serais favorable pour que l'on revienne à 4 jours, là on est 5 jours à se lever, c'est la course pour arriver à l'heure!".

La mesure, qui abrogeait la semaine de quatre jours, a réinstauré la classe le mercredi matin ou le samedi dans 1,8 % des communes, afin d'alléger les journées d'école des enfants et de mieux les répartir dans l'année avec, aussi, la mise en place de TAP (temps d'activité périscolaire).

Revenir sur la réforme des rythmes scolaires est une bonne nouvelle pour Jean-Michel Fourgous, maire Les Républicains d'Elancourt (Yvelines).

Roger Ailes, former Fox News chief, dies
Ailes went into politics when he started to advise President Richard Nixon on how to connect with television viewers. At least six other women have come forward with allegations against Ailes and top Fox News executives.

Cette réforme des rythmes, généralisée en 2014, avait suscité de vives critiques. "Il faut laisser le terrain s'organiser: les modes de vie ne sont pas les mêmes partout en France", fait-il valoir dans Le Parisien. Beaucoup de communes ont dénoncé le coût des activités périscolaires qui sont à leur charge.

D'autres communes, où l'application de la réforme n'a pas posé de problème, ne pensent pas revenir sur un système désormais bien rôdé.

C'est l'une des premières mesures de sa to do list. "Ce retour en arrière va être très dommageable pour les enfants, en termes de qualité des apprentissages et d'équité", estime Hervé-Jean Le Niger, l'un des porte-parole de la FCPE.

Trois questions sur ce que prévoit Emmanuel Macron — Rythmes scolaires