Jeudi, 2 Avril 2020
Dernières nouvelles
Principale » États-Unis : la destitution de Donald Trump n'est plus un tabou

États-Unis : la destitution de Donald Trump n'est plus un tabou

19 Mai 2017

"Ma décision ne signifie pas que des délits ont été commis ou que des poursuites sont nécessaires", a souligné le numéro deux de la Justice, Rod Rosenstein, dans un communiqué pour annoncer la nomination de l'ancien directeur du FBI, Robert Mueller, à cette fonction.

Le 19 juin 2013, le directeur du FBI Robert Mueller avait témoigné devant le Comité judiciaire du Sénat américain à Washington.

Les soupçons, qui ont plané pendant toute la campagne présidentielle, ont été corroborés trois semaines à peine après l'investiture de Donald Trump.

Retrouvez cet article sur Francetv infoDonald Trump: la colère d'IsraëlLe roi des Pays-Bas est secrètement pilote de ligne à temps partiel depuis 21 ansPrésidentielle en Iran: le désarroi des jeunes électeurs, désabusésQuatre questions sur le procureur spécial nommé pour enquêter sur les liens entre l'équipe Trump et la RussieBientôt des nations flottantes en Polynésie française?

"Comme je l'ai dit à de nombreuses reprises, une enquête complète confirmera ce que nous savons déjà: il n'y a eu aucune collusion entre mon équipe de campagne et une entité étrangère".

Suite à l'annonce de la nomination d'un procureur spécial, la Maison Blanche a fait connaitre le souhait du président que l'enquête sur une éventuelle collusion entre ses proches et la Russie soit "rapidement" bouclée. Depuis cette éviction, une thèse circule: le président et milliardaire américain aurait fait pression sur le policier pour qu'il classe le volet Michael Flynn, ce qu'il aurait refusé. Il ne peut être démis que pour faute. Son périmètre d'investigations inclut "tout lien et/ou coordination entre le gouvernement russe et des individus associés à la campagne du président Donald Trump", mais aussi "tout sujet" découlant de ces investigations, ce qui lui donne de facto les coudées franches.

Dans un consensus rare, élus républicains et démocrates ont applaudi sa nomination.

Republicans starting to turn as committee asks to see Comey documents
That's because opposing the President is a hard proposition for Republicans, who are loathe to cross the leader of their party. Adam Kinzinger told CNN. "I do think obstruction of justice, to anyone who has had to prove it in court, is not easy".

Dans les années 1990, Kenneth Starr, un magistrat équipé des mêmes pouvoirs que Robert Mueller, avait fait tomber Bill Clinton dans l'affaire Monica Lewinsky.

"Mueller est un excellent choix".

Les élus démocrates du Congrès ont crié victoire, bien que certains estiment qu'il ne s'agit que d'une première étape et réclament la création d'une commission spéciale sur la Russie, au mandat plus large que la stricte enquête policière.

M. Comey, limogé par M. Trump le 9 mai, a relaté cette conversation dans une note écrite citée par le New York Times.

Côté républicain, la majorité au Congrès avait rejeté les appels à un procureur spécial mais exprimait depuis des jours son malaise face aux interventions du président dans l'enquête. "Un CV impeccable. Il sera largement accepté", a tweeté l'élu républicain Jason Chaffetz".

Rosenstein a ajouté qu'en regard de "l'intérêt du public", il avait le devoir de nommer "une personne ayant un degré d'indépendance (qui va au-delà) de la chaîne de commandement normale" dans le cadre de l'enquête.

Pour le chef d'État, le calendrier est particulièrement inopportun, car il doit s'envoler vendredi 19 mai pour une tournée internationale de huit jours.

États-Unis : la destitution de Donald Trump n'est plus un tabou