Samedi, 23 Juin 2018
Dernières nouvelles
Principale » Partis politiques ou société civile : d'où viennent les ministres de Macron ?

Partis politiques ou société civile : d'où viennent les ministres de Macron ?

19 Mai 2017

Mais "ils sont très isolés", a-t-il ajouté, estimant qu'Edouard Philippe "a perdu ses arbitrages".

Frédérique Vidal a été nommée ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Le président et le premier ministre Edouard Philippe présenteront prochainement une 'circulaire sur la place des cabinets' ministériels, a ajouté Christophe Castaner, soulignant 'qu'il n'appartenait pas aux directeurs de cabinet de se substituer aux directeurs d'administrations centrales'.

Les plus âgés ont 70 ans: Gérard Collomb aura 70 ans le 20 juin, Jean-Yves Le Drian le 30 juin, et Jacques Mézard le 3 décembre. Parmi les ministres figurent quatre socialistes (dont deux avaient rejoint En Marche!) deux radicaux de gauche, trois centristes, deux LR, les autres provenant de la société civile. Annick Girardin, qui était ministre de la Fonction publique jusqu'à la semaine dernière, change de portefeuille en récupérant les Outre-mer.

Au centre, François Bayrou s'occupe de la Justice et Sylvie Goulard des Armées.

La "peine" de Ségolène Royal non retenue au gouvernement
Mme Royal cède la place à Nicolas Hulot , nommé mercredi ministre de la Transition écologique et solidaire avec rang de ministre d'État.

Au deuxième rang, de gauche à droite: Bruno Le Maire (ministre de l'Économie), Agnès Buzyn (ministre des Solidarités et de la Santé), Laura Flessel (ministre des Sports), Françoise Nyssen (ministre de la Culture), Muriel Pénicaud (ministre du Travail). L'Action et des Comptes publics revient à Gérald Darmanin.

10 ministres sont issus de la société civile. Sans le citer, le porte-parole du Gouvernement a évoqué Nicolas Hulot en parlant de la nécessité de "refonder les solidarités" et de répondre à l'"enjeu de la responsabilité écologique".

Parmi les premiers chantiers de ce gouvernement, devrait figurer un projet de loi de moralisation de la vie publique, avec casier judiciaire vierge pour les candidats et "interdiction du népotisme pour les parlementaires", référence claire au scandale qui a entraîné la défaite du conservateur François Fillon à la présidentielle, après des soupçons d'emplois fictifs au profit de sa famille. L'ancien animateur d'Ushuaïa avait déjà été pressenti pour rejoindre un gouvernement Hollande en janvier 2016 après avoir été l'un des artisans de la COP21. Celui-ci avait battu un record sous la Ve République en la matière avec seulement 15 ministres, quatre secrétaires d'Etat et un Haut-Commissaire.

"Nicolas Hulot suivra la feuille de route d'Emmanuel Macron", a poursuivi le porte-parole du gouvernement, en précisant: "Vous connaissez la position du président de la République élu qui est celle de mettre en œuvre la loi sur la transition énergétique, d'aller vers un mix énergétique [diversification des sources d'énergie] et de faire diminuer avec un calendrier responsable la part du nucléaire dans notre production énergétique". Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont souhaité introduire ce "temps de vérification" alors que "la loi prévoit que cette vérification ne s'opère qu'après leur nomination".

"A titre exceptionnel" aussi, la presse sera tenue à l'écart de la sortie du Conseil, mais l'Elysée promet qu'à "l'avenir, les journalistes pourront de nouveau s'adresser aux ministres à l'issue du Conseil".