Dimanche, 24 Septembre 2017
Dernières nouvelles
Principale » Notre-Dame-des-Landes : un dossier brûlant pour Nicolas Hulot

Notre-Dame-des-Landes : un dossier brûlant pour Nicolas Hulot

19 Mai 2017

Emmanuel Macron et Edouard Philippe sont favorables au projet d'aéroport.

Pour l'ancien candidat à la présidentielle, le nouveau ministre ne se fera pas entendre "dans un gouvernement dont le Premier ministre est un nucléariste avéré" et dont le ministre de l'Agriculture, le radical Jacques Meyzard, "a voté contre l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes". Je pense effectivement qu'on n'a pas étudié toutes les alternatives. " Il y aura un médiateur qui va permettre de mettre l'ensemble des choses sur la table, d'étudier l'ensemble des options, et ensuite nous prendrons une décision qui sera assumée, qui sera claire ", a déclaré Edouard Philippe, qui fait partie du camp des pro-aéroport, comme Jean-Yves Le Drian, le ministre des affaires étrangères. Areva est découpée en morceaux et sauvée de la faillite par l'État, EDF se démène avec des milliards d'investissements et une dette qui grimpe (75 milliards d'euros), et le précédent gouvernement a fait adopter une loi, dite de transition énergétique, qui doit limiter à 50 % la part de l'énergie nucléaire dans la production d'électricité en France en 2025 (contre 76 % aujourd'hui).

Trump, Dogged by Questions at Home, Makes 1st Trip Abroad
Trump later said he had already made a decision to dismiss him and was thinking of "this Russian Federation thing". Donald Trump has responded with a direct - if brief - "No".

" Le nucléaire, qu'on soit pour ou contre, de toute façon on ne peut pas s'en passer demain matin, et moi je pars du principe que dans la transition énergétique, il faut planifier la transition ", a dit Nicolas Hulot, soulignant sa préoccupation pour le sort des salariés du nucléaire. Il y a des vies et des familles derrière le nucléaire. "Alléger la fiscalité, même si on peut avoir des divergences sur un point ou sur un autre, nous sommes d'accord aussi", a-t-il insisté.

" Il faut avoir une vision: "le premier point d'étape, et là on pourra vraiment évaluer la pertinence des uns et des autres et confronter les avis des uns et des autres, c'est 2025", a-t-il rappelé". Il a assuré par ailleurs que la centrale nucléaire de Fessenheim, près de Bâle, serait fermée. "J'ai promis de préserver cet acquis", a-t-il assuré. Il s'agit d'un sujet "extraordinairement compliqué, avec ou sans Nicolas Hulot", a-t-il affirmé sur France Inter.