Lundi, 29 Mai 2017
Latest news
Main » L'ancien PM Manuel Valls veut être candidat de la "majorité présidentielle" — France

L'ancien PM Manuel Valls veut être candidat de la "majorité présidentielle" — France

19 Mai 2017

Cela fait des semaines qu'il préparait le terrain.

"Manuel Valls a annoncé ce mardi qu'il se présenterait sous l'étiquette " La République en marche ", et non au nom du Parti socialiste aux législatives". "Je ne suis pas en embuscade, je veux la réussite d'Emmanuel Macron", a-t-il d'abord détaillé.

Repoussé par La République En Marche, Manuel Valls l'est aussi du Parti socialiste.

"Il ne s'agit pas d'avoir des états d'âme, il s'agit d'avoir une vision claire, a-t-il encore ajouté".

Ce mercredi matin sur Europe 1, le président de la Commission nationale d'investiture d'En marche!, Jean-Paul Delevoye, est venu doucher les espoirs de Manuel Valls. Mais Manuel Valls, lui, devra se coucher jusqu'au bout. Le président élu était ensuite revenu sur cette déclaration expliquant que les candidats EM! aux législatives devaient adhérer à son projet mais n'avaient pas besoin d'abandonner leur parti d'origine. "Écoutez, il n'a pas été investi par la Commission nationale d'investiture, ou alors sa candidature m'a échappé". Elle est importante. Mais comme tout un chacun, les règles s'imposent à tous, y compris Manuel Valls. Je ne crois pas (qu'il l'ait fait). "Il lui reste 24 heures", avait-il déclaré.

Un procureur spécial nommé dans l'enquête Trump-Russie (ministère de la Justice)
Comey aurait consigné cette tentative d'étouffer une enquête dans des notes dont plusieurs médias américains ont fait état. Selon sa lettre de mission, il n'est pas tenu de tenir informée la direction du DoJ des avancées de son enquête.

"Nous voyons bien aujourd'hui qu'il n'est par forcément opportun pour le mouvement En Marche! d'intégrer cette candidature, quel que soit le passé, et en même temps il faut analyser la parole d'un Premier ministre", a-t-il développé.

Il n'était jamais allé aussi loin. Une tactique qui n'a finalement pas portée ses fruits puisqu'il vient d'être déferré devant la commission des conflits du parti socialiste. "Ce Parti socialiste est mort, il est derrière nous", a-t-il acté ce mardi matin sur RTL.

Interrogé à ce sujet par la presse, Luc Carvounas, un proche de l'ancien Premier ministre, a dit sa déception, estimant que Manuel Valls "avait plus de sens et plus de poids à rester ici, au Parti socialiste".

Depuis hier, l'offre de service de Manuel Valls a suscité 53 370 mentions de l'ex-Premier ministre, ce qui place cet événement en 3e position des moments les plus marquants le concernant dans la campagne présidentielle 2017.

L'ancien PM Manuel Valls veut être candidat de la