Lundi, 29 Mai 2017
Latest news
Main » "Il existe d'autres alternatives à Notre-Dame-des-Landes" pour Nicolas Hulot

"Il existe d'autres alternatives à Notre-Dame-des-Landes" pour Nicolas Hulot

19 Mai 2017

Emmanuel Macron s'est prononcé pour la nomination d'un médiateur qui produira notamment une étude sur la possibilité d'agrandir l'aéroport actuel de Nantes.

Quelques heures plus tard, sur France 2, pour sa première interview en tant que ministre, Nicolas Hulot, n'a pas dévié de la ligne de M. Philippe.

Rappelant que la France a fait le choix dans les années 70 "de mettre le nucléaire au centre de sa production électrique", il a indiqué qu'il ne s'agissait pas de "faire table rase du passé". "Je sens que le président va m'aider dans ma tâche".

L'équipe désormais aux manettes a promis, jeudi 18 mai, de trancher enfin l'épineux dossier de l'aéroport nantais, emblématique pour les écologistes, auquel est opposé le nouveau ministre en charge de l'environnement Nicolas Hulot.

Saudi Arabia to give Trump a royal welcome
Ivanka Trump wants to hear about the challenges women in the country face and the progress they have made, the official said. He says it's hard to overstate the importance of chemistry - or the lack of it - between a US president and a Saudi king.

" Au bout de deux ans et demi, j'espère que ça durera un peu plus longtemps pour lui, j'ai constaté que ça ne marchait pas ", a-t-il poursuivi, se disant convaincu que l'ancien animateur n'a pas abandonné ses convictions écologiques. Nicolas Hulot estime aussi que toutes les options n'ont pas été étudiées "et je pense que la meilleure solution pour apaiser, c'est que, par rapport aux visions et aux contraintes des uns et des autres, il y a probablement une autre option qui permettra de satisfaire les intérêts des uns et des autres".

Le ministre est ensuite intervenu sur le dossier du nucléaire, dont il entend sortir à terme. "Et ce qui est très important et qui a été acté dans la loi de transition énergétique, c'est de rééquilibrer les choses", a affirmé ce jeudi Nicolas Hulot.

Avant de conclure: "Le nucléaire qu'on soit pour ou contre de toute façon on ne peut pas s'en passer demain matin. Derrière le nucléaire, il y a des hommes et de femmes et donc les choses ne vont pas se dicter comme cela, il faut avoir une vision". Le point d'étape est 2025. "En 2025, la part du nucléaire devra être de 50% inférieure à aujourd'hui", a-t-il annoncé. La fermeture "aura lieu dans la concertation", conclut-il. C'était le souhait de François Hollande en 2012, réaffirmé en 2015 par Ségolène Royal.