Lundi, 29 Mai 2017
Latest news
Main » Conseil des ministres : Macron "a fixé la feuille de route du gouvernement"

Conseil des ministres : Macron "a fixé la feuille de route du gouvernement"

19 Mai 2017

"Le long terme est à l'Elysée, les arbitrages quotidiens ou de moyen terme sont faits à Matignon", a ajouté Emmanuel Macron à l'adresse de son gouvernement.

Ce chantier figurera parmi les tout premiers de la nouvelle équipe gouvernementale, dont le premier Conseil a eu lieu jeudi matin.

Selon le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, Emmanuel Macron a souligné aussi que son rôle serait de "fixer la stratégie", de "donner un cap, un sens" et de préserver "les équilibres de nos institutions".

Ces derniers, Bruno Le Maire, un cacique de la droite, et Gérald Darmanin, une de ses étoiles montantes, ont de facto quitté leur parti en entrant au gouvernement, selon Les Républicains.

Le chef du gouvernement a expliqué qu'il s'impliquerait "bien sûr" dans la décisive bataille des élections législatives pour "donner au président de la République la majorité dont il a besoin".

La parité y est respectée, avec onze femmes et onze hommes et autant de ministres de plein exercice de l'un comme de l'autre sexe, même si la présence du président et du premier ministre fera pencher la balance du côté masculin.

"Les ministres sont des militants de la majorité présidentielle, ils ne sont plus les militants de tel ou tel parti politique", a poursuivi M. Castaner.

Lire aussi: Les six ministres candidats sont-ils en danger aux législatives?

Partis politiques ou société civile : d'où viennent les ministres de Macron ?
Les plus âgés ont 70 ans: Gérard Collomb aura 70 ans le 20 juin, Jean-Yves Le Drian le 30 juin, et Jacques Mézard le 3 décembre. L'Action et des Comptes publics revient à Gérald Darmanin . 10 ministres sont issus de la société civile .

Ce qui suppose qu'il comportera "évidemment une forme de souplesse et d'intelligence et de discussion (.) Sinon, s'est interrogé Edouard Philippe, à quoi servent les ralliés de droite?" Sans le citer, le porte-parole du Gouvernement a évoqué Nicolas Hulot en parlant de la nécessité de "refonder les solidarités" et de répondre à l'"enjeu de la responsabilité écologique".

Alors que l'ancien animateur d'Ushuaïa avait dit non à Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, beaucoup d'observateurs et de politiques ont estimé qu'il avait sans doute obtenu des gages solides pour dire oui cette fois-ci à Emmanuel Macron, notamment sur le projet d'aéroport Notre-Dame-des-Landes auquel il est opposé ou la réduction du nucléaire.

Le président, toujours selon Christophe Castaner, a achevé son intervention liminaire par "une invitation: ne changez pas!"

Christophe Castaner a par ailleurs souligné que les ministres seraient tenus de soutenir les candidats de La République en marche aux élections législatives.

La présentation du gouvernement avait été retardée de 24 heures afin de vérifier la situation fiscale de chacun et l'absence de conflits d'intérêt, alors qu'Emmanuel Macron a fait de la "moralisation" de la vie politique une priorité, pendant une campagne présidentielle minée par les affaires. Sera rédigée une circulaire sur la place des cabinets ministériels, qui n'ont pas à se substituer à la direction des administrations centrales, qui feront l'objet d'un renouvellement dans les semaines qui viennent, en totalité pour les postes sont nommés en conseil des ministres.

Peu après cette première réunion des ministres, la "photo de famille" a été prise à l'intérieur du vestibule de l'Elysée, rompant avec la tradition qui veut que les membres du gouvernement posent dans les jardins du palais présidentiel. "Le président a rappelé que nous ne sommes pas cantonné à des étiquettes", a précisé Christophe Castaner.

Emmanuel Macron a composé hier son premier gouvernement, une équipe de 22 membres, 18 ministres et quatre secrétaires d'Etat, relativement resserrée, paritaire, qui fait le pari de la société civile et traduit la recomposition promise avec des ministres issus de la droite, comme de la gauche et du centre.

Conseil des ministres : Macron