Samedi, 24 Juin 2017
Latest news
Main » Ce qu'il faut retenir des investitures de la République en marche — Législatives

Ce qu'il faut retenir des investitures de la République en marche — Législatives

19 Mai 2017

Les quelque 150 derniers candidats seront investis d'ici à mercredi.

En avril 2016, Manuel Valls lance - devant les caméras de l'Assemblée nationale - un retentissant "c'est inacceptable, c'est inacceptable!" à Emmanuel Macron, qui vient de lancer son propre mouvement et affiche son désir de s'émanciper du gouvernement.

Il a précisé que le nouveau parti, "La République en marche", tiendrait son congrès fondateur avant le 15 juillet.

Le centriste Emmanuel Macron, 39 ans, avait créé en avril 2016 ce mouvement "ni de droite ni de gauche" avec l'ambition affichée de renouveler le paysage politique français.

Sur les "428 candidats" investis sélectionnés à partir de "19.000 dossiers" déposés depuis janvier, il y a "52% de candidates et candidats issus de la société civile au sens qu'ils n'ont jamais exercé de mandat électif", a indiqué M. Ferrand, au cours d'une conférence de presse.

Face à la difficulté d'obtenir une majorité absolue, le député finistérien assure: " Je suis convaincu que nous [en] sommes capables, je ne vous dis pas que nous allons réussir ". Verdict: l'ancien Premier ministre n'aura pas l'étiquette En Marche! mais le mouvement ne présentera pas non plus de candidat face à lui.

Selon une enquête Harris interractive-M6 publiée dimanche, l'alliance En Marche!-MoDem recueillerait 26% des intentions de vote, devant la coalition Républicains-UDI (22%), le Front national (22%) et la France insoumise (13%).

Trump meets with lawyers after special counsel appointed
In this May 8 photo, then-FBI Director James Comey speaks to the Anti-Defamation League National Leadership Summit in Washington. Chasing tweets and scandals take them away from what they were elected to do, he said.

Leur profil: Ils ont en moyenne 46 ans, contre 60 ans pour les députés sortants.

Les partis politiques perçoivent de l'argent de leurs adhérents, mais surtout de l'Etat. "Tout cela est extrêmement fragile et balancer des candidats de la société civile, c'est un risque énorme, d'autant plus que le capital de voix de la présidentielle n'est pas énorme", a-t-il poursuivi. Les deux n'ont pas exclu la possibilité de travailler avec le président de la République élu. S'ils se positionnent et qu'ils s'inscrivent chez nous, La République en Marche, il n'y a pas de candidat.

Les investitures des 428 candidats aux législatives de La République En Marche ont été annoncées ce jeudi 11 mai.

Selon son entourage, Emmanuel Macron a consacré son après-midi de lundi à des rendez-vous de travail. Ce pourrait être leur premier mandat politique.

A droite, des manoeuvres d'approche sont perceptibles.

"C'est le renouvellement qui a gagné", a-t-il dit à BFM TV. Dans son discours, probablement le dernier de son quinquennat, François Hollande s'est adressé à plusieurs reprises à Emmanuel Macron, l'incitant à continuer les combats "contre les obscurantistes, les intégristes, les communautaristes" et à "porter le message de la paix". "La manière dont il est traité dit beaucoup de l'esprit sectaire de ce mouvement [En marche!] qui se veut très moderne et qui, en trois jours, appartient déjà au passé dans ses méthodes". Des propos immédiatement démenti par l'entourage d'Emmanuel Macron qui ont rappelé, en des termes plus ou moins sympathiques, la dure réalité.

Ce qu'il faut retenir des investitures de la République en marche — Législatives