Dimanche, 22 Juillet 2018
Dernières nouvelles
Principale » Trump défend son "droit absolu" à partager des informations avec la Russie

Trump défend son "droit absolu" à partager des informations avec la Russie

18 Mai 2017

Il s'agissait d'informations ayant l'un des degrés de classification les plus élevés utilisée par les agences américaines de renseignements, a-t-il ajouté. Le Washington Post a révélé, lundi 15 mai 2017, que l'homme d'affaire américain avait, lors de cet entretien, dévoilé des détails concernant une attaque terroriste organisée par Daech: le groupe islamiste souhaiterait placer des bombes dans des ordinateurs portables, dans le but de faire exploser des avions de vols commerciaux. En revanche, il explique, sans démentir la diffusion d'informations confidentielles, que le président Trump et Sergueï Lavrov ont discuté des menaces posées par les organisations terroristes, ce qui pourrait justifier le quiproquo de l'histoire.

Surtout que selon plusieurs sources interrogées par Reuters, l'information divulguée mercredi dernier était classée "top secret" et ne serait connue que par une poignée de cadres du renseignement américain.

Avant son limogeage, le chef du FBI James Comey avait annoncé que ses services enquêtaient sur une éventuelle "coordination" entre l'équipe de campagne du milliardaire américain et la Russie.

Moins de quatre mois après son arrivée au pouvoir et à quelques jours de son départ pour son premier grand voyage à l'étranger, ces révélations explosives en cascade placent le locataire de la Maison Blanche dans une position difficile. Selon ces sources, les informations étaient si délicates que les détails n'avaient pas été partagés à certains alliés et qu'elles étaient hautement restreintes même au sein du gouvernement américain. "J'étais dans la pièce, cela ne s'est pas passé", a indiqué le général Herbert Raymond McMaster, qui dirige le Conseil de sécurité nationale, lors d'une brève allocution à la Maison Blanche.

Crude Inventories Drop Sharply, As Imports Decline EIA
Brent Crude, used to price worldwide oils, now trades at around $50 a barrel in London. API had reported a build in USA gasoline stockpiles on Tuesday.

Le conseiller américain à la Sécurité nationale, le général H.R. McMaster, a affirmé mardi lors d'une conférence de presse que les informations transmises par le président américain Donald Trump au chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov n'avaient pas mis en cause "la sécurité nationale". Le président américain "a révélé plus d'informations à l'ambassadeur russe que nous n'en avons partagé avec nos propres alliés", a insisté cette source, sous couvert d'anonymat.

"Pendant ce temps, la Maison Blanche tente de se défendre des graves accusations". Ce matin, Commerzbank rappelle que la devise américaine avait progressé depuis l'élection de Donald Trump dans l'espoir qu'il soit capable de mettre en œuvre les mesures qui alimenteraient suffisamment la croissance pour avoir finalement un impact sur l'inflation, offrant ainsi des marges de manœuvre à la Fed pour relever ses taux. Le président américain peut lever le secret gouvernemental à sa guise.

"Si c'est vrai, c'est évidemment troublant", commente Doug Andres. Donald Trump continue à être au-devant de la scène.

La Maison-Blanche a démenti les informations du Washington Post. "Vous pourriez les utiliser à autre chose", a osé la porte-parole.