Samedi, 24 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Trump accusé d'avoir demandé au patron du FBI le classement d'une enquête

Trump accusé d'avoir demandé au patron du FBI le classement d'une enquête

17 Mai 2017

Selon un article du New York Times (en anglais), publié mardi 16 mai, le président américain aurait réclamé l'arrêt d'une enquête qui visait Michael Flynn, son ancien conseiller à la sécurité nationale, accusé de liens avec la Russie. Selon elle, le président n'a "jamais demandé à M. Comey ou qui que ce soit d'autre de clore aucune enquête".

Selon la presse, James Comey aurait rédigé une note interne après entretien, qui aurait ensuite circulé au sein de l'agence. Le "New York Times" cite une note que M. Comey avait rédigée après sa conversation avec le président. "C'est un test sans précédent pour le pays".

La commission de la Chambre des représentants chargée du suivi de l'action gouvernementale (Oversight Committee) "va obtenir la note de Comey, si elle existe", a déclaré son président, le républicain Jason Chaffetz. "Je pense que le directeur (Comey) nous aurait peut-être informé s'il y avait eu une demande de cette nature", a-t-il affirmé, jugeant qu'il faudrait "plus que des sources anonymes" pour le convaincre. "J'espère que vous pouvez laisser tomber ça", a demandé Donald Trump à James Comey le 14 février dans le Bureau ovale après une réunion avec son ministre de la Justice et son vice-président à qui il venait de demander de le laisser seul avec le directeur du FBI.

Nancy lanterne rouge, Dijon respire
Et quand on sait que Lorient affrontera Bordeaux tandis que Bastia ira à Marseille, cela promet 90 dernières minutes de folie. Bastia , vainqueur face à Lorient (2-0), pointe à la 19 place, juste derrière les Merlus, 18es.

Le 13 février, l'ancien général Michael Flynn avait été contraint de démissionner pour avoir omis de mentionner des discussions avec l'ambassadeur russe aux États-Unis Sergueï Kislyak, à propos des sanctions contre Moscou de l'administration Obama. Comme la veille, H.R. McMaster, qui a assisté à la fameuse rencontre, n'a pas explicitement démenti que des informations secrètes aient été partagées avec les responsable russes.

Ce partage d'informations, que Donald Trump assume pleinement malgré les dénégations précédentes de son entourage, pourrait mettre à mal les relations entre les Etats-Unis et Israël, un de leurs plus grands alliés au Moyen-Orient.

Un proche de l'ex-directeur du FBI ayant lui aussi vu cette note a confirmé à Reuters que les détails du document étaient correctement repris par le New York Times. Les démocrates réclamaient de leur côté la publication du transcript de la conversation entre Donald Trump et Sergueï Lavrov.