Lundi, 18 Octobre 2021
Dernières nouvelles
Principale » Le nouveau tir nord-coréen, une "provocation dangereuse" (Moon), "inacceptable"

Le nouveau tir nord-coréen, une "provocation dangereuse" (Moon), "inacceptable"

17 Mai 2017

Il s'agit du 2e tir de missile par le régime communiste en presque deux semaine et du premier, quatre jours après l'investiture de Moon Jae-in à la tête de l'Etat.

Pour rappel, le 5 mai dernier, la Corée du Nord avait annoncé avoir déjoué un complot de la CIA et du NIS visant à assassiner par empoisonnement la direction suprême du pays, avant d'exiger jeudi dernier le transfert des "terroristes présumés". La portée minimale d'une telle arme est de 6000 kilomètres.

Le tir de dimanche a permis de lancer "un nouveau modèle de missile balistique stratégique de moyenne à longue distance, le Hwasong-12", a affirmé KCNA, en précisant que Kim Jong-Un, le leader nord-coréen, avait "personnellement supervisé ce test".

La Corée du Nord se dit acculée à cette stratégie militaire par la menace américaine.

Partisan d'une reprise du dialogue avec Pyongyang, contrairement à ses deux prédécesseurs, Moon Jae-In avait déclaré dans son premier discours après son entrée en fonction qu'il entendait se rendre en Corée du Nord, "dans les bonnes circonstances", afin de faire baisser la tension.

France: Macron et Philippe en quête d'un gouvernement rassembleur
Elle procède notamment à une vérification fiscale des ministres après leur nomination. Mais rien n'a encore été signé, souligne cette source.

Un haut diplomate du régime de Pyongyang a également plaidé samedi que le Nord serait disposé à dialoguer avec les Etats-Unis, si les conditions s'y prêtaient.

En avril, Pyongyang avait organisé un défilé gigantesque, exhibant alors des missiles, dont l'un semblait du même type que celui testé dimanche.

Si la plupart des experts doutent de la capacité actuelle de la Corée du Nord à développer un missile intercontinental capable de frapper les Etats-Unis, ils sont nombreux à reconnaître que Pyongyang a fait de gros progrès dans ses programmes nucléaire et balistique depuis la prise de pouvoir de Kim Jong-Un, après le décès de son père Kim Jong-Il, en 2011. Mais c'est une étape. En effet, alors que le nouveau président américain a promis de "s'occuper" du "problème" nord-coréen si jamais la Chine ne le faisait pas, la dictature nord-coréenne ne cesse d'attiser les tensions à grands coups d'essais militaires et de provocations médiatiques.

Yoshihide Suga a dénoncé une violation des résolutions des Nations unies et a exprimé la vigoureuse opposition du Japon. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Le nouveau tir nord-coréen, une