Lundi, 6 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » City, c'est pas le Bayern, ni le Barça selon Guardiola — PL

City, c'est pas le Bayern, ni le Barça selon Guardiola — PL

16 Mai 2017

Devant les médias, l'entraîneur de 46 ans a expliqué que ses mauvais résultats auraient eu raison de lui au FC Barcelone ou au Bayern.

Actuellement quatrième de Premier League avec Manchester City derrière Chelsea, Tottenham et Liverpool, Pep Guardiola vit une première saison moyenne en Angleterre. Pour aider, peut-être, Manchester City à devenir ce qu'il appelle un grand club.

Car même si on est tous d'accord pour dire que Manchester City se situe clairement un cran (deux?) en dessous des tops clubs européens, l'avouer aussi froidement, ça la fout un peu mal. "C'est certain", a-t-il estimé en conférence de presse.

Le coach a ensuite pris le temps de développer son propos: " J'avais de la pression en arrivant comme entraîneur à Barcelone, alors que je n'avais aucune réputation pour me protéger.

Microsoft Is PISSED OFF At The NSA Over WannaCry Attack
In India, more than "more than 100 systems of the Andhra Pradesh police department" were affected over the weekend, NDTV reports . In addition to numerous public radio programs, he has reported for Reuters, PBS NewsHour, The Diplomat, and The Atlantic.

"Dans un grand club, si tu ne gagnes pas, au bout de 6 mois tu es dehors".

"Ici, on m'a donné une seconde chance et je vais essayer d'y arriver", a déclaré l'entraîneur qui connaît sa première saison sans titre. A Barcelone ou au Bayern Munich, vous devez gagner avec de l'avance. "Sinon, on ne vous donne pas de seconde chance", a-t-il continué.

Pour commencer, les Citizens vont tenter de valider leur 4e place (synonyme de qualification indirecte pour la Ligue des Champions) ce mardi soir avec la réception de West Bromwich. Avec obligation, donc, de faire mieux la saison prochaine. Je me suis mis [la pression] pour venir ici, pour me prouver que j'étais capable de réussir dans ce club fantastique. L'écart (avec Chelsea) est énorme en terme de points (18). Mais quand nous avons joué contre eux, cet écart n'était pas si grand et nous allons essayer de le réduire encore la saison prochaine.

"Je crois que la qualité des joueurs était suffisante pour faire mieux", a conclu Guardiola.

City, c'est pas le Bayern, ni le Barça selon Guardiola — PL