Jeudi, 15 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Valls visé par une procédure d'exclusion du PS selon Cambadélis

Valls visé par une procédure d'exclusion du PS selon Cambadélis

14 Mai 2017

"Manuel Valls est déferré devant la commission des conflits", a le premier secrétaire du PS, invité de BeurFM.

Ce scrutin est crucial pour le président pro-européen de 39 ans qui doit convaincre les Français de lui donner une majorité parlementaire pour gouverner. "Aujourd'hui ce qu'il faut c'est rassembler, pas exclure".

"Nous mesurons le courage qu'il (Manuel Valls) a eu de quitter un parti socialiste en décomposition", mais à ce jour, il n'est pas dans les critères d'acceptation de sa demande d'investiture ", a déclaré l'ancien ministre chiraquien sur les ondes de la radio Europe 1.

"Et donc dans ce cas très précis, la commission nationale d'investiture ne peut pas analyser la candidature de Manuel Valls", a-t-il ajouté, précisant qu'il y aurait aussi une "lecture politique" de son investiture.

Les dernières sorties de Manuel Valls lui ont semble-t-il été préjudiciables.

Même s'il n'a pas annoncé qu'il quitterait le Parti socialiste, plusieurs responsables de cette formation estiment que Manuel Valls ne fait plus partie de la famille.

Austria heads for snap election as coalition shatters
The coalition was thrown into doubt when the head of the People's Party, Reinhold Mitterlehner, quit last week. Austria's chancellor Christian Ke.

Après n'avoir recueilli que 6,4% des voix au premier tour de la présidentielle, il a néanmoins affirmé qu'il ne quitterait pas pour autant le parti dont il incarne l'aile gauche. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Il rêve de prendre la tête d'une cohabitation face au "monarque" Emmanuel Macron.

Le député PS de l'Essonne n'a certes pas rempli les critères requis ayant "déjà fait trois mandats de parlementaire", mais, a expliqué M. Ferrand, le parti ne veut "pas donner l'impression d'humilier" l'ancien premier ministre et ne lui opposera pas de candidat.

Elle a officialisé sa décision d'arrêter l'Assemblée nationale, la région Paca, mais aussi le bureau politique du FN pour "raisons personnelles d'abord" mais aussi "politiques".

Une brèche dans laquelle le chef de file LR pour les législatives François Baroin s'est engouffré pour dénoncer "une opération de recyclage du parti socialiste en déshérence".

Mais là encore, sur fond de désaccords: le chef du Parti communiste, Pierre Laurent, a accusé la gauche radicale de refuser de sceller un accord pour les législatives.