Mardi, 2 Mars 2021
Dernières nouvelles
Principale » Une cyberattaque contre " plusieurs pays ", mais la Belgique ne semble pas touchée

Une cyberattaque contre " plusieurs pays ", mais la Belgique ne semble pas touchée

14 Mai 2017

Ces attaques informatiques ont notamment touché le service public de santé britannique (NHS), bloquant les ordinateurs de nombreux hôpitaux du pays.

"Cette attaque ne ciblait pas particulièrement le NHS, c'était une attaque internationale et un certain nombre de pays et d'organisations ont été affectés".

Alors qu'une enquête est en cours, le NHS a identifié le virus comme étant "Wanna Decryptor": il crypte les données d'un ordinateur, afin d'exiger de son propriétaire une rançon en échange d'une clé de décodage. L'attaque toucherait des organisations en Australie, en Belgique, en France, en Allemagne, en Italie et au Mexique, ont indiqué les analystes de Forcepoint Security Labs, précisant qu'il s'agit "d'une campagne majeure d'email malveillants ". Nous n'avons aucune preuve attestant que des données relatives à des patients ont été corrompues, " a-t-elle ajouté.

"Bien sûr que c'est important au point que nous avons activé le centre national de cybersécurité, et ils travaillent avec les organisations du NHS touchées pour s'assurer qu'elles sont aidées et que la sécurité des patients est garantie ", a-t-elle néanmoins ajouté.

"A ce stade, nous n'avons pas d'élément permettant de penser qu'il y a eu accès à des données de patients", a voulu rassurer la direction du service public de santé britannique. La Russie, l'Ukraine et Taiwan étant les plus touchés.

Stoffel Vandoorne given Monaco GP grid penalty for Felipe Massa clash
Stoffel Vandoorne will receive a three-place grid penalty at the Monaco Grand Prix after banging wheels with Felipe Massa during the Spanish Grand Prix.

Un peu plus tôt dans l'après-midi, le géant des télécoms espagnol Telefonica et plusieurs autres entreprises espagnoles ont annoncé avoir été victimes d'une cyberattaque. Elle a précisé que les serveurs n'avaient pas été infectés.

Les autorités américaines et britanniques ont mis en garde vendredi contre une vague de cyberattaques simultanées qui a touché des dizaines de pays dans le monde, à l'aide d'un logiciel de rançon, et conseillé de ne pas payer les pirates informatiques.

Selon la société Kaspersky, le logiciel malveillant a été publié en avril par le groupe de pirates 'Shadow Brokers', qui affirment avoir découvert la faille informatique par la NSA.

Elle demande expressément de ne pas payer de rançon. Le géant US de la livraison FedEx a reconnu avoir lui aussi été touché. Microsoft avait entre-temps publié, en mars, un patch de sécurité censé y remédier, mais de nombreux systèmes n'ont pas encore été mis à jour et restent vulnérables, ce qui a permis l'attaque de portée mondiale observée vendredi.

"Pour le moment, on n'a pas connaissance d'entités françaises qui seraient touchées par le même type d'attaque", a déclaré à l'AFP vendredi soir, une porte-parole de l'Anssi, gendarme de la sécurité informatique pour les particuliers, les entreprises et les administrations françaises. Ce virus se répandrait sans même besoin d'ouvrir un email ou une page web. Un tel logiciel est appelé "ransomware", ou "rançongiciel" en version francisée.