Jeudi, 15 Novembre 2018
Dernières nouvelles
Principale » Les trois enjeux des dernières investitures En Marche — Législatives

Les trois enjeux des dernières investitures En Marche — Législatives

14 Mai 2017

Plus tôt jeudi, le secrétaire général Richard Ferrand déclarait que Manuel Valls ne serait pas investi aux législatives par La République en Marche, mais annonçait que le parti d'Emmanuel Macron ne présenterait pas de candidat contre lui dans sa circonscription de l'Essonne. La République en marche ne présentera pas de candidat face à lui, mais il ne sera pas non plus investi.

L'ancien Premier ministre PS, fustigé par la grande majorité de son parti pour avoir sollicité de se présenter sous les couleurs de la majorité présidentielle, n'a pas été retenu parce qu'il ne répondait pas aux "critères". "Au moment où nous voulons rassembler largement, il ne faut pas donner l'impression de rejeter, d'humilier, dans une vindicte", a expliqué Richard Ferrand. Selon le secrétaire général, Richard Ferrand, le parti souhaitait que " puisse être maintenu vivant un espace permettant la recomposition du paysage politique français ". Parmi eux, un cas avait fait beaucoup jaser: celui de l'ancien Premier ministre Manuel Valls. Sur son site, le mouvement écrit clairement: "Aucun (e) candidat (e) ne sera investi (e) s'il ou elle n'a pas un pas de casier judiciaire vierge ou s'il ou elle a été condamné (e) dans le passé à une peine d'inéligibilité". La raison? Son annonce de ralliement, mardi, à La République en marche d'Emmanuel Macron. Il a notamment réalisé trois mandats parlementaires d'affilée et c'est contraire aux règles d'investiture d'En Marche!.

Il reste encore à désigner, avant le 19 mai (date limite de dépôt des candidatures) les candidat (e) s dans quatre circonscriptions de Moselle.

Selon d'autres responsables de REM, cette exception pourrait être étendue à une dizaine personnalités politiques de droite et de gauche qui se sont montrées "bienveillantes" à l'égard de la démarche du président élu mais ne souhaitent pas sauter le pas avant de connaître la composition du gouvernement. "214 hommes, 214 femmes", indique le parti.

"Il a une connaissance d'Emmanuel Macron qui est aussi importante", a-t-il encore plaidé, estimant qu'il fallait "un tandem qui fonctionne bien, une relation de confiance saine" entre l'Elysée et Matignon pour "qu'on soit vraiment à la tâche".

Truex Jr. wins race marred by scary wreck
Kevin Harvick, who was also a lap down earlier in the race finished third, pole sitter Ryan Blaney fourth and Kyle Busch fifth. The pit crew for Ryan Blaney's No. 21 Ford sprang into when Blaney pulled into the pits during a caution on lap 139.

La droite a accusé M. Macron de vouloir "détruire" le parti "Les Républicains".

Plus rompu à la politique, Gaspard Gantzer, conseiller à la communication de François Hollande, a été investi dans la 2e circonscription de l'Ille-et-Vilaine, à Rennes.

Sitôt l'annonce des 428 premiers candidats investis par le mouvement d'Emmanuel Macron, plusieurs irrégularités ont été constatées: candidats investis "par erreur", candidat condamné par la justice.

C'est pour affronter un des ténors de l'extrême droite, le député sortant Front National Gilbert Collard dans sa circonscription du sud de la France que "La République en marche" a choisi l'ancienne vedette de corrida à cheval Marie Sara, 52 ans.