Mardi, 20 Octobre 2020
Dernières nouvelles
Principale » Macron laisse la porte ouverte aux ténors LR et ménage Valls — Législatives

Macron laisse la porte ouverte aux ténors LR et ménage Valls — Législatives

13 Mai 2017

"A ce jour, [Manuel Valls] n'est pas dans les critères d'acceptation de sa demande d'investiture", a déclaré Jean-Paul Delevoye, président de la commission d'investiture de la République en marche, sur Europe 1. "À ce stade, nous n'investissons pas l'intéressé mais nous ne lui opposons pas de candidat", a-t-il précisé, en refusant toutefois de " faire de ce cas une règle ".

Invité à préciser ces "critères", le "M. Investitures" d'En Marche a répondu: "Etre adhérent".

Signe de l'éclatement du parti socialiste, accéléré par l'arrivée à l'Elysée du centriste de 39 ans, entre 80 et 100 députés PS sortants ont - comme Manuel Valls - sollicité l'investiture du mouvement présidentiel.

Mais le président du MoDem François Bayrou a fait une toute autre analyse de cette liste et prévenu qu'elle n'avait pas "l'assentiment" de son parti, qui avait conclu un accord avec En marche! dont les termes n'ont pas été rendus publics. "(.) Nous mesurons bien le courage qu'il a eu de quitter un Parti socialiste aujourd'hui en décomposition et nous voyons bien aujourd'hui qu'il n'est pas forcément opportun pour le mouvement En marche! d'intégrer cette candidature, quel que soit le passé", a encore déclaré Jean-Paul Delevoye.

Jeremy Corbyn expects to lose the General Election to the Conservatives
There, the Conservatives' Andy Street, formerly the director of upmarket department store chain John Lewis, claimed a narrow win. The Liberal Democrats had a mixed election, failing to break through against the Tories in the south-west England battleground.

Il a rappelé qu'un candidat ou une candidate "avait été "prédéterminé "dans la circonscription où Manuel Valls a été élu pour la première fois en 2002 sous l'étiquette du PS".

Manuel Valls est devenu dans le même temps indésirable au PS, qui menace de l'exclure. C'est évidemment la lecture en creux de cette liste qui a focalisé l'attention et notamment le blanc laissé face à l'ex-Premier ministre socialiste Manuel Valls, qui avait annoncé briguer l'investiture La République en marche cette semaine. L'ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls ne remplit pas "à ce jour" les conditions d'une investiture pour les législatives, a noté, hier, le président de la commission d'investiture de la République en marche! mouvement succédant à En Marche! et présidé par Emmanuel Macron. "Il est déferré devant la commission des conflits", a affirmé M. Cambadélis sur Beur FM. "Donc à la fin, il va se retrouver sans soutien", a-t-il poursuivi. "C'est donc en homme libre mais fort d'une identité politique claire, revendiquée, assumée -républicain, progressiste, de gauche- que j'agis" a expliqué Manuel Valls. "J'appelle à se rassembler autour de ma candidature dès le 11 juin tous les réformistes, les progressistes, les républicains, les démocrates, celles et ceux qui à gauche et à droite savent ce que j'ai accompli dans ce territoire comme dans mes responsabilités gouvernementales et qui veulent la réussite du nouveau président de la République".

"Aucun candidat ne peut être investi s'il a déjà fait trois mandats de parlementaire", a expliqué M. Ferrand. "Il n'y a rien de nouveau", a-t-on assuré à l'AFP, renvoyant à la procédure lancée il y a un mois.