Mercredi, 8 Juillet 2020
Dernières nouvelles
Principale » Les avocats de la défense claquent la porte — Burkina/Procès de Compaoré

Les avocats de la défense claquent la porte — Burkina/Procès de Compaoré

13 Mai 2017

" Dans le cadre du procès en cours devant la Haute Cour de Justice, certains avocats, de mauvaise foi ou par méconnaissance des règles régissant l'intervention de l'avocat en matière pénale, notamment la notion d'assistance, tentent de faire croire à l'opinion publique nationale et internationale la volonté délibérée de la Haute Cour de justice de violer les droits de la défense".

Bien avant, Bèbrigda Mathieu Ouédraogo a fait cet argumentaire: "Comme nous l'avons déjà dit, nous tenons à ce que ce procès se tienne dans la sérénité, dans l'objectivité (...) Nous avons fait en sorte que les droits de la défense soient garantis". "Nous sommes des auxiliaires de justice, nous ne pouvons pas rester pour suivre le reste de ce procès, sachant que nous ne pouvons pas cautionner ce qui vient d'être fait".

Les 34 ministres du dernier gouvernement de Compaoré sont poursuivis pour leur implication présumée dans la répression de l'insurrection populaire d'octobre 2014 qui avait conduit à la chute du régime de Compaoré. Ils l'ont refusée (.) C'est pourquoi nous avons décidé de partir. Les ministres n'étaient donc plus en fonction et c'est donc, selon les avocats, contraire au principe de non-rétroactivité de la loi. Un délai d'une semaine a été accordée aux accusés pour trouver de nouveaux avocats.

Ces joueurs d’origine africaine évoluant pour des nations européennes
C’est également le cas de l’attaquant de Liverpool Christian Benteke. C’est ce que vous découvrirez dans cet article.

Enfin, Me Mamadou Traoré, a qualifié de "monstruosité", le fait de poursuivre ses clients devant un tribunal correctionnel pour des faits criminels. Le collectif de 14 avocats chargé de les défendre s'est retiré du procès, après des incidents sur la demande d'un nouveau report.

Ils avaient participé le 29 octobre 2014 à un Conseil des ministres extraordinaire durant lequel le chef du Gouvernement avait intimé à l'armée de maintenir l'ordre, en faisant usage, au besoin, d'armes à feu. A travers ce boycott, la Défense entend dénoncer des "irrégularités " au niveau de la Haute cour chargée de juger l'ancien gouvernement de Blaise Compaoré. "Ils feront leur justice mais ils la feront seuls", a poursuivi Me Ouedraogo.

Les avocats de la défense claquent la porte — Burkina/Procès de Compaoré