Vendredi, 14 Août 2020
Dernières nouvelles
Principale » Donald Trump menace l'ex-patron du FBI — États-Unis

Donald Trump menace l'ex-patron du FBI — États-Unis

13 Mai 2017

"Le président n'a pas d'autre commentaire à faire", a éludé son porte-parole.

James Comey a confirmé en mars au Congrès l'existence d'une enquête lancée par le FBI en juillet 2016 sur une éventuelle "coordination" entre des membres de l'équipe de campagne du milliardaire Donald Trump et le gouvernement russe.

À deux reprises, par téléphone, le président aurait "demandé" à James Comey s'il était sous le coup d'une enquête. Une intervention surprenante qui pourrait être interprétée comme une tentative de corruption.

"J'ai dit 'Si c'est possible, pouvez-vous me dire s'il y a une enquête sur moi?' Il a dit qu'il n'y avait pas d'enquête sur moi", a-t-il expliqué, en référence aux investigations en cours sur des liens entre des proches du président américain et la Russie durant la campagne électorale de 2016. Il voulait dîner avec moi car il voulait rester à la tête du FBI.

"Le travail continue quels que soient les changements de circonstances", a déclaré M. McCabe.

Son numéro deux Rod Rosenstein joue donc un rôle central avec un renforcement de sa capacité de supervision de l'enquête menée par le FBI.

Claims IndyRef2 may be halted by Tory boost 'ludicrous'
However, May's tough-talking approach to Brexit appears to have translated into votes. "We knew it was going to be a hard night". Jeremy Corbyn's office are keen to find out just how much of this had been carried out in areas where council results were poor.

M. Trump a également réagi vendredi matin aux critiques concernant la communication de ses équipes après le limogeage surprise de M. Comey.

Les commissions du Renseignement de la Chambre et du Sénat mènent chacune leur enquête sur l'ingérence russe dans l'élection américaine. Multipliant les déclarations contradictoires par la voix de ses porte-parole depuis plusieurs jours, le président américain a sorti une nouvelle version des faits, jeudi soir.

Cette commission a également émis mercredi une assignation pour obtenir des documents de l'ex-conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, le général Michael Flynn. La Maison Blanche et les chefs de file républicains ont rejeté cette requête. Selon les explications officielles de la Maison Blanche, Trump aurait limogé le directeur du FBI en raison de sa gestion controversée de l'affaire des e-mails d'Hillary Clinton. L'audition d'Andrew McCabede, directeur intérim de la FBI contredisant la Maison Blanche, notamment sur tous les points qui touchent particulièrement le président américain, ne lui plaisent pas du tout. L'annonce, qui a fait l'effet d'une bombe mardi 11 mai, menace de tourner au comedy-show des plus ridicules, avec Sean Spicer, et Donald Trump lui-même, dans le rôle des comiques.

Des accusations rejetées par le président russe Vladimir Poutine avec lequel Donald Trump a formulé le voeu d'amorcer un rapprochement. Dans un tweet, vendredi 12 mai, Donald Trump a mis en garde l'ancien patron du FBI James Comey, congédié mardi: "James Comey ferait bien d'espérer qu'il n'existe pas d " enregistrements' de nos conversations avant qu'il ne commence à faire des révélations à la presse!" .

Une analyse qu'il n'a jamais clairement acceptée.