Mercredi, 26 Avril 2017
Latest news
Main » Retour d'Internet dans 2 régions anglophones après 3 mois d'interruption — CAMEROUN

Retour d'Internet dans 2 régions anglophones après 3 mois d'interruption — CAMEROUN

21 Avril 2017

Les connexions internet ont été suspendues le 17 janvier 2017 par les pouvoirs publics en signe de dénonciations "des activités criminelles " alors que ces deux régions étaient traversées par une grogne sociale depuis le 21 novembre 2016, suite à une grève initiée par des avocats et des enseignants pour dénoncer "la colonisation des anglophones par les francophones".

Le président camerounais a ordonné le jeudi 20 avril le rétablissement d'internet dans les zones anglophones du Cameroun.

Le Journal du Cameroun écrit que "le retour au calme dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest serait, selon Tchiroma [porte-parole du gouvernement], la raison pour laquelle le gouvernement a décidé de rétablir la connexion Internet".

L'internet a été coupé dans ces régions du nord-ouest et du sud-ouest pendant plus de trois mois suite à des revendications sur le bilinguisme au Cameroun.

Attentat: un mot manuscrit défendant "Daech" retrouvé près de l'assaillant
Ce jeudi en début de soirée, un homme armé est descendu d'une Audi grise, juste après s'être garé près d'un fourgon de police. Mais il avait été relâché le lendemain à l'issue de sa garde à vue, faute d'éléments, selon des sources proches de l'enquête.

"Les conditions ayant présidé à l'interdiction provisoire d'Internet dans cette partie du territoire national ont fortement évolué".

"Le niveau de la violence a baissé, les journées 'ville morte' n'ont plus lieu d'être, les étudiants sont dans classe et la vie retrouve son cours normal", a détaillé à l'AFP le porte-parole du gouvernement, interrogé sur les raisons du retour soudain du réseau.

"Mieux vaut tard que jamais mais quel gâchis et des questions restent en suspens". La coupure Internet a coïncidé avec une répression massive des manifestations contre la marginalisation perçue de ces régions, peuplée d'une minorité anglophone.

Toutefois, l'ONG regrette la violation des libertés fondamentales, notamment celles qui concernent la communication, " nous regrettons qu'il ait fallu 94 jours de violation des libertés fondamentales - notamment d'expression, communication, d'opinion et de la presse - plus de 4 millions d'euros de pertes économiques estimées, pour que le gouvernement camerounais mette fin à une mesure non nécessaire et disproportionnée", ajoute Julie Owono. Certains de ses membres occupent des postes à responsabilités dans le régime du président, Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, comme le Premier ministre, Philémon Yang.

Retour d'Internet dans 2 régions anglophones après 3 mois d'interruption — CAMEROUN