Mercredi, 26 Avril 2017
Latest news
Main » "Feu vert" américain à un coup d'État, selon le président Maduro — Venezuela

"Feu vert" américain à un coup d'État, selon le président Maduro — Venezuela

21 Avril 2017

Un manifestant nu monte sur un blindé des forces de l'ordre, le 20 avril 2017 à Caracas (Venezuela), lors d'une manifestation contre le président.

Une jeune femme de 23 ans a elle aussi "reçu un tir dans la tête" à San Cristobal, dans l'ouest du Venezuela, a indiqué une source du parquet.

La pression internationale se maintient: l'Union européenne a condamné les violences "très regrettables" survenues pendant les manifestations et a appelé à une "désescalade" pour "stopper la détérioration de la situation".

L'opposition a attribué les fusillades aux " colectivos ", des partisans en armes du gouvernement fréquemment soupçonnés de confrontations lors des manifestations.

"Ils viennent d'assassiner un garde national à San Antonio de los Altos, les "pacifiques", a déclaré à la télévision M. Cabello. Au total, 7 personnes sont décédées depuis avril, dont un militaire, mort comme 4 autres personnes ce mercredi...

"Personne ne se rend, notre devoir est de défendre la Constitution", a lancé Henrique Capriles, l'un des chefs de l'opposition et ancien candidat à l'élection présidentielle de 2013.

" Rien ne pourrait être plus loin de la réalité", a ajouté le diplomate lors de cette réunion à Washington, où se trouve le siège de l'OEA.

French presidential candidates halt campaigns in wake of Paris attack
Feb 3: A man armed with a machete in each hand attacks four soldiers on patrol at Paris's Louvre Museum, shouting "Allah Akbar". President Donald Trump responded to reports of a shooting Thursday in Paris by saying it looked like a terrorist attack .

Des foyers de violence subsistaient mercredi en fin de soirée dans plusieurs secteurs de la capitale et dans d'autres villes. "Nous sommes fatigués, nous voulons des élections pour que Maduro s'en aille du pouvoir, car il a détruit le pays", a déclaré une manifestante, Ingrid Chacon, secrétaire de 54 ans brandissant le drapeau jaune, bleu et rouge du Venezuela.

Une vingtaine de stations de métro et de nombreux commerces de Caracas étaient fermés pendant que militaires et policiers bloquaient le passage des antichavistes sur les principales voies d'accès à la capitale.

Nicolas Maduro a annoncé mardi soir qu'il activait un "plan Zamora" pour "dé- faire le coup d'Etat et l'escalade de violences (.) sous la structure militaire, policière et civile de l'Etat". L'opposition a immédiatement dénoncé une tentative d'"intimider" les manifestants. Nicolas Maduro avait en ligne de mire les propos du porte-parole du département d'Etat américain, Mark Toner, pressant les autorités de cesser de réprimer les manifestations de l'opposition.

Inquiets, onze pays latino-américains avaient demandé lundi à Caracas de "garantir" le droit de protester pacifiquement, un appel qualifié par le gouvernement vénézuélien d'"ingérence grossière". "Ils violent les lois internationales afin de justifier leur interventionnisme", a réagi sur Twitter Delcy Rodriguez, la ministre vénézuélienne des Affaires étrangères. De nouvelles manifestations doivent avoir lieu ce jeudi.

Cette vague de protestations avait démarré le 1er avril après la décision de la Cour suprême, réputée proche de Maduro, de s'arroger les pouvoirs du Parlement, déclenchant un tollé diplomatique qui l'a poussée à faire machine arrière 48 heures plus tard. L'opposition a dénoncé une tentative de coup d'Etat mais, paradoxalement, cet épisode lui a aussi donné un nouveau souffle, l'amenant à dépasser ses divisions.Elle a ainsi relancé la mobilisation populaire à ses côtés, alors que celle-ci s'était assoupie ces derniers mois.

'Nous étions moins de 100 personnes en train de nous rassembler, ils nous ont lancé des gaz lacrymogènes pour disperser la manifestation alors qu'on ne bloquait même pas la circulation', a raconté un leader étudiant de l'opposition, Hasler Iglesias.